AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Idris Fawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité »
Invité

MessageSujet: Idris Fawn   Mer 14 Oct - 21:32

    I . P e r s o n n a g e ,

    N o m : Idris Fawn
    Griffe Fauve

    Â g e :18 ans

    S e x e : Girl (just wanna have fun)

    P a s s i o n : Guitare, dessin, musique (surtout le Hard Rock), le vernis à ongles et les pommes.

    M é t i e r : Elle va à la fac de biologie, mais à côté, donne des cours de guitare. SInon, serveuse au Bar, dans le restaurant.

    N a t u r e : Rebus

    C a r a c t è r e :On va la faire simple. Idris en cinq adjectifs (parce que 5 c’est son chiffre fétiche, cherchez pas.).
    Rêveuse. On la retrouve parfois déconnectée de la réalité, perdue dans ses délires, le regard dans le vague. La bouche entrouverte même, des fois. Elle peut brutalement s’arrêter de parler pour suivre la course d’un oiseau dans le ciel, ou observer une coccinelle, une fleur, un papillon. En plus, sa nature féline la pousse à réagir vivement au moindre stimulus et la moindre perturbation dans son champ de vision attire son attention.

    Intelligente. C’est une jeune fille logique et réfléchie, qui est dotée d’une mémoire assez vaste. Elle retient parfois jusqu’au moindre détail d’un évènement, mais peut aussi oublier quelque chose à cause de son caractère rêveur. Cela dit, elle lit beaucoup, s’intéresse à tout et possède une bonne culture et beaucoup de conversation. Elle a l’esprit vif et comprend vite, sauf si elle a décidé de faire exprès, pour vous embêter un coup.

    Joueuse. Elle adore jouer. Que ce soit avec les nerfs des autres, une plume dans le vent, sa guitare, un ballon, n’importe quoi, elle adore ça. Mais si elle n’a pas envie de jouer, elle ne joueras pas, ne la cherchez pas.

    Gentille. Idris n’est pas une personne mauvaise, son fond est bon. Elle peut compatir, aider, aller vers les gens seuls… Mais il ne faut pas la prendre pour une pomme, sinon elle va vite s’en rendre compte et elle n’aimera pas ça. Cependant, elle n’est pas très sociable à cause de sa nature. Oui, un rebus, c’est méfiant.

    Empathique. Elle ressent beaucoup les émotions des autres, et n’aime pas forcément ça. Savoir qu’une personne est triste va lui plomber le moral, mais à l’inverse elle va graviter naturellement autour des personnes heureuses, sans forcément s’en rendre compte elle-même. Elle est donc capable de savoir quand quelque chose ne va pas chez quelqu’un, et de deviner quand on lui ment (mais face a un bon menteur, elle est impuissante, ça reste minime).

    Elle possède bien entendu une personnalité plus complexe mais vous en avez ici les principaux traits. On va tout de même parler de ses défauts : Elle aime emmerder son monde. Susceptible, elle devient agressive des qu’on l’est avec elle. Un peu menteuse, parfois, et chapardeuse. Parfois froide, lorsqu’elle est de mauvaise humeur, elle est en plus lunatique. Elle peut se montrer blessante sous l’effet de la colère et n’hésite pas à se battre pour se défendre. Elle est un peu égoïste et en général, radine. Elle n’a pas beaucoup de sous alors si en plus elle se met à en donner, c’est la fin.

    Elle aime : Le dessin, le lait, la guitare (elle en possède trois), les chats (sauf la secte, elle se méfie), les animaux en général (sauf les traqueurs), la nature, la lecture, la musique (Hard Rock et métal pour ses préférences), jouer, le soleil, la chaleur, être en activité, la menthe, le coca, les bonbons, le vernis à ongle, s’allonger dans l’herbe, les petits détails, la gentillesse, le rire…
    Elle déteste : L’ennuie, la méchanceté gratuite, se battre, les araignées, la solitude, le citron, la critique sans raison, tout ce qui touche à la médecine, qu’on touche à ses guitares, rater ce qu’elle fait, dormir trop longtemps, le mensonge (même si elle même ne s’en prive pas), la malhonnêteté, les traqueurs…

    H i s t o i r e :Que dire d’une jeune fille de mauvaise nature ? Qui s’intéresse au passé d’un déchet ? Bon, si vous insistez…

    Alors remontons à il y a douze ans. Une petite fille de six ans court sur l’herbe, dans ce qui ressemble à un jardin public. Ses cheveux châtains et long ondulent dans son dos et elle est obligée de tenir son jean pour ne pas le perdre, il glisse sans cesse autour de sa taille de moucheron.

    -Maman ! Maman ! Tu croiras jamais qu’est ce que je viens de voir là bas !

    La maman en question, une grande femme brune, se penche pour accueillir sa fille dans ses bras et la soulève de terre. Sa fille vient surement de voir une chenille multicolore, une fleur étrange…

    -Là bas dans les buissons, y avait deux garçons, et juste après, ils sont devenus des renards !

    Le sourire de la femme disparaît. Elle sait ce que son inconsciente fille vient de voir, et son sang vient de se figer dans ses veines.

    -Tu te rends compte ? Des renards !
    -Ma puce, tais toi et écoute moi. Est-ce qu’ils t’ont vu ?

    Surprise par le ton cassant de sa maman, la gamine se calme aussitôt et lentement, hôche la tête. Sans attendre, sa mère raffermit sa prise sur la fillette et se dirige vers la sortie du parc en jetant de fréquents regards derrière elle. Deux silhouettes émergent des buissons, loin derrière, à la limite du petit bois. Deux adolescents d’environ 19 ans, à l’air menaçant. La femme accélère encore. Les deux garçons la fixent lors, elle et sa fille, et se mettent à courir dans sa direction. Elle se met aussi à courir, mais à chaque seconde, ils gagnent du terrain. Les grilles du parc ne sont pas loin et elle accélère le pas, jusqu’à les franchir. Une fois au milieu de la foule, elle soupire. Ils ne peuvent plus rien faire, jamais ils n’oseraient lui faire du mal devant autant de gens. D’ailleurs, ils ont disparut. La fillette regarde sa mère sans comprendre sur le chemin qui mène à l’appartement et ce n’est qu’une fois la pore d’entrée refermée qu’elle ose demander :

    -C’était qui ?

    La femme hésite. Elle n’avait pas l’intention de révéler à sa fille sa nature avant qu’elle ait l’âge pour se transformer…Mais elle n’a plus vraiment le choix.

    -Des traqueurs, Idris.
    ***


    Avançons un peu dans le temps, maintenant. Nous sommes neuf ans plus tard et Idris rentre du lycée. Elle est au courant maintenant. Elle sait se transformer, elle connaît ses ennemis. Elle sait pourquoi elle et sa mère sont des rebus. Elle sait pourquoi elle n’a pas de père. Mais jamais elle n’a vu de traqueurs depuis les deux renards du parc.
    Son sac sur le dos, elle se déplace rapidement à travers les ruelles par lesquelles elle est obligée de passer pour rentrer chez elle. Sa mère lui apprit à se méfier. Il faut toujours se méfier. Parce que les traqueurs sont partout et qu’ils ne font pas la différence entre la secte et le rebus. Partout. Et devant elle justement…

    -Salut minette ! Tu nous reconnais ? Tu as beaucoup grandit dis donc !

    Pour les reconnaître, ça oui. Maintenant âgés de la trentaine, ils n’ont pas changé. Ce sont les deux garçons qu’elle a vu, les premier traqueurs qui l’ont poursuivie elle et sa mère. Les renards du parc. Cours, jeune fille. Elle détale. Son léger sac ne l’encombre pas, mais elle a peur, elle entend les deux traqueurs courir derrière elle en criant.

    -PAS LA PEINE D’ALLER VOIR MAMAN ! ON TE TUERA VITE SI TU NOUS FAIT PAS TROP COURIR ! MINOU MINOU !

    Trop de peur et pas assez de railleries pour qu’elle s’arrête et fasse face. Sans s’arrêter, elle aprcourt à toute vitesse le chemin qu’elle connaît par cœur. Elle sait ce qu’elle doit faire, sa mère l’a mille fois répété.
    Plan A : Tu rentre directement, ferme la porte, m’appelle et on fait nos valises.
    La foule lui permet de semer ses poursuivants. Mais elle sait que son répit est de courte durée et ne ralentit pas l’allure. Ces sales traqueurs ont du flair. Arrivée sur le palier de l’appartement, elle ralentit. La porte est entrouverte. Du bout du pied, Idris repousse doucement le battant.

    -MAMAAAAAAN !

    Sa mère est là. Petite boule de poils bruns recroquevillée par terre, pleine de sang. Froide et sans vie.
    Plan B : met le nécessaire dans un sac. Prends les économies, à manger, ferme l’appartement à clé, et va à l’autre appartement.
    ***


    Voilà. Vous savez ce qu’il faut savoir. Idris est partie à l’autre appartement, à l’autre bout de la ville, et n’a jamais recroisé les assassins de sa mère. Elle a continué les cours comme si de rien était, et s’est servie des économies pour vivre jusqu’à ce qu’elle ait l’âge de faire des petits boulots. Passé classique pour un rebus, n’est-ce pas ?

    P h y s i q u e :Tout d’abord, Idris est grande (1m75) et très élancée (50kg à peine). Ses membres sont fins et déliés et ses jambes sont longues. Si elle à un peu de chair sur les os, ce n’est que du nerf et du muscle, et pourtant, elle en mange, des cochonneries sucrées. Simplement, elle élimine tellement vite, notamment à force de réaliser des mouvements surhumains (du genre sauter par-dessus une table au lieu de la contourner, on connaît les chats), qu’elle ne prend pas de poids. Pas vraiment formée, elle n’a que peu de poitrine et ses hanches ne sont pas très larges. Son attitude générale est souvent décontractée, mais elle se tient toujours très droite. Il n’est pas rare de la trouver assise seule quelque part, avec l’air de s’être échappée d’un asile, ses yeux fixés sur un point invisible. En fait, elle est juste distraite et elle est perdue dans ses pensées. On la trouve aussi dans les arbres, sans raison. Même que des fois elle tombe, mais toujours sur ses pattes. Ou ses pieds.
    Ses yeux sont de couleur brune et légèrement en amande, ils sont assombris par des sourcils noirs qui se froncent au moindre souci. Son regard peut paraître méprisant alors qu’il n’en est rien, de même qu’il peut sembler agressif si elle vous regarde d’en bas. Son petit nez féminise un peu son visage androgyne. En effet, si elle s’attache les cheveux, elle passe facilement pour un garçon. Ses cheveux, justement, son dune couleur entre le blond, le roux et le châtain. Explication : Ils sont blond foncé, à la limite du châtain, et parcourus de reflets roux ou dorés selon la lumière. Coupés de manière un peu désordonnée, ils tombent en frange inégale sur son front et forment des boucles sur ses épaules. Elle se contente d’un simple brossage le matin, jamais de coiffure structurée. Ce qui nous donne un premier détail sur ce qui la caractérise toute entière, crié par son apparence : Idris est toujours à l’arrache.
    Ensuite, au niveau vestimentaire, c’est simple. Le matin, elle ouvre son armoire, choisit un jean parmi les cinq ou six qu’elle possède, et un tee-shirt au hasard. Les jeans sont standards, parfois un peu large pour sa taille de guêpe, ou un brin moulant quand elle est d’humeur coquette et qu’elle veut montrer la finesse de ses jambes. Les tee-shirts sont souvent plus farfelus les uns que les autres, avec des motifs ou des messages inattendus. Et sinon, les jours ou elle a envie, elle peut très bien s’habiller avec une chemise blanche, un gilet de trois pièces, et mettre une cravate à son cou. Ses chaussures : Des converses, vertes ou noires, quelque soit la saison.
    Enfin, petits détails à remarquer chez elle : Elle porte trois anneaux à l’oreille droite et deux à la gauche, se vernit les ongles de couleurs inhabituelles et ne se maquille que d’un trait de crayon. Sinon, ça prend trop de temps.

    Sous son apparence féline hé bien…C’est pareil. C’est un peu plus poilu mais sinon, c’est quasiment pareil. Explicacion.
    C’est une femelle haute sur patte et svelte, toute en longueur. Sa tête est presque triangulaire et son museau est fin, pourvu de longues et élégantes moustaches. Ses jambes sont musclées et se terminent par de petites pattes précises parées de longues griffes. Ses oreilles sont grandes et sa queue est exceptionnellement longue. Sous son pelage, on voit presque les côtés, et pourtant, elle est musclée.
    Ses yeux allongés sont d’un vert très pâle et lumineux et ressortent au milieu de son pelage roux/fauve. Ses pattes, sa queue, ses oreilles et la fourrure le long de son épine dorsale sont brunes et sont ventre est crème. Son poil ras est brillant mais souvent ébouriffé.
    Un signe permettant de la reconnaître : Son oreille droite est entaillée.
    C’est une bête très rapide et vive, très dure à distancer ou à rattraper.


    II. L e J o u e u r ,

    P U F : Siumi
    Avez vous lu le règlement ? Bwah ouais
    Les codes : Oki par Champi ^^.
    Comment avez vous connu le forum ? By Lisa (Amy Raven)
    Autre chose ? Rawr !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 189
Age : 27
Crédits : (c) Escape || (c) Obsession27.
PUF : Champi.
Avatar : Ashley Greene.

MessageSujet: Re: Idris Fawn   Mer 14 Oct - 21:41

    Hey ma Siu', les codes sont bons =). Me manque donc un avatar pour que tu sois validée.
    Tu es la dernière rebus acceptés d'ailleurs, ce me semble, je vais voir de ce pas.

    Edit : N'oublie pas de passer par le recensement. Je te valide.

_________________
    Aussi insaisissable qu’un songe, il est vain d’essayer de retenir qui ne veut s’attacher.
      « Playground school bell rings again
      Rain clouds come to play again
      Has no one told you she's not breathing ?
      Hello i'm your mind giving you someone to talk to
      Hello
      »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Idris Fawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives.-